SMXL Milano 2018

Les questions simples, les pratiques, les tendances et les changements qui plongent le Marketing Digital actuel dans l’incertitude.

#Networking #Conferences #SEM #SEA #SEO #SemanticSearch #Business #Marketing #Branding #Data #TheSniperMind

2 jours intenses passés avec David Amerland, Bill Hunt, Rand Fishkin, Bill Slawski et Sante Achille à l'événement qui marque une "autorité d'expertise unique" du Marketing Digital Comportemental

Publié par Michel Reibel - Président Fondateur de WEBKISS, co-produit avec David Amerland - Auteur - Analyste et Speaker & Sante Achille - Président du conseil du SMXL et spécialiste du Search Marketing

Chaque compte rendu post-événement repose sur sa capacité à répondre à trois questions simples : Quoi de neuf ? Qu'est-ce qui est différent ? Qu'est-ce que je dois faire ?

L'événement SMXL 2018 à Milan en Italie n'a pas été décevant. Et il s’est sans doute encore mieux positionné que la plupart des autres événements pour répondre à ces questions, car j’y ai participé avec un œil bien calé sur des objectifs professionnels individuels et collectifs...

Ce genre d’événement présente un espace délimité de par sa date de début et de fin ainsi que son lieu. Il devient ainsi une sorte d’autocuiseur qui rapproche beaucoup de gens, très rapidement. Cela aide à faire tomber les barrières culturelles, linguistiques et de l'expérience.

Principalement, les idées ne se répandent que lorsqu'elles peuvent être facilement partagées et très vite examinées afin d'être validées ou rejetées. L'acte de les évaluer qui précède cette étape forme une toile de fond commune de l'expérience. L'expérience collective de l’auditoire devient un graphe de connaissances qui est alimenté par les activités professionnelles des personnes présentes à cet événement.

Dans chaque interaction, les individus partagent des idées, des conseils et des connaissances spécialisées. Cela fait de chaque interaction un gain potentiel individuel. La dynamique de ce type d'interaction crée de la valeur pour toutes les personnes concernées. C’est ce qui favorise le libre échange des idées et contribue à élever les connaissances de chacun plus rapidement et avec plus de spécificité que tout autre chose en dehors de l'espace et du temps de l’événement.

Un bonus supplémentaire à tout cela : la rencontre dans la vie réelle de personnes qui se connaissent “digitalement”. En quelques heures, j'ai pu rencontrer en chair et en os David Amerland (auteur du livre The Sniper Mind) :

Bill Hunt, Bill Slawski, Rand Fishkin ainsi que Sante Achille, organisateur de l’événement :

Nous nous connaissons tous et nous savons tous comment chacun pense dans le contexte de notre industrie. Aujourd’hui, les divisions entre ce que l'on appelait autrefois la "vraie vie" et le “monde digital” sont quasiment inexistantes.

La data est partout

Ce qui nous amène bien sûr à la raison principale de cet article : ce qui a été discuté. Il y avait des conférenciers de toute l'Europe et des États-Unis qui parlaient de marketing et de branding (d'image de marque), de recherche (search) et de référencement (SEO) et qui collectivement faisaient les mêmes remarques.

Les données sont maintenant “palpables”

Nous vivons une époque où nous avons les moyens de recueillir ou d'accéder aux données et de les utiliser de façon significative. Cela change tout.

Le changement technologique s'accélère

Le "nouvel éclat" que nous cherchons à obtenir en avantage concurrentiel a plus de chances d'être un concept ou une idée plutôt qu'un outil. Le développement accéléré de la technologie rend les outils obsolètes très rapidement et l'utilisation de plus en plus répandue des données rend les “indicateurs de performances vaniteux” dénués de sens.

Le contexte est roi

L’importance des contenus pour créer de la valeur, accroître la visibilité, offrir des opportunités de branding et de créer une identité est vitale. Rien de tout cela ne fonctionne dans un mauvais contexte. Les contenus sont des données. Le contexte modifie les données. Et pour rendre les choses encore plus difficiles, le contexte découle de la culture…

Les gens comptent

Nous l'avons toujours su à un certain niveau. Mais aujourd'hui, l'individu est devenu un élément incontournable de la réalité à laquelle nous sommes confrontés dans le monde hors ligne et en ligne. Que ce soit au niveau du consommateur, de l'utilisateur d'un réseau social, de l'employé d’un service marketing ou d’un représentant de marque, les faits incontournables auxquels nous sommes confrontés sont que dès que nous traitons les gens comme des unités non décrites dans une sorte de calcul algorithmique ou de marketing de masse, nous sommes déjà sur une pente descendante en ce qui concerne leur attention et leurs habitudes.

Les outils sont transgéniques

Le changement de ton était palpable aussi. Les conférences marketing portaient sur le marketing dans toutes ses variantes. Du référencement et du branding à l'expérience utilisateur et à l'entonnoir de vente. Les outils et les analyses sont importants.

Pourtant, cette fois-ci, l'accent a été mis, de différentes façons, sur la connexion humaine. La création de relations a été jugé plus important que les outils utilisés pour établir les paramètres et faire du marketing. L'empathie et la notion de valeurs ont été soulignées de diverses façons et à maintes reprises.

Le message général était "Les outils changent. Pas les gens”. Apprendre à humaniser la connexion avec les gens à travers la plate-forme du numérique n'est pas facile. Lorsque le seul contact qu'un client peut avoir avec une entreprise est un formulaire sur un site Web, la création d'un sentiment d'humanité dans cette interaction exige une analyse, une réflexion et des efforts considérables ainsi que des tests (pour voir ce qui fonctionne le mieux). Pourtant, c'est là que réside tout l’enjeu.

L'avenir est incertain

Le deuxième jour, Rand Fishkin, a tout d'abord présenté un exposé brillamment illustré et très ciblé sur l'avenir du marketing, du branding et sur l'optimisation des moteurs de recherche. Rand a utilisé des faits et des chiffres qu’il a tirés de sa propre expérience du référencement et des données qu'il a pu obtenir. Le “temps des casse-cous” est terminé. Les outils seuls ne vous donneront jamais ce que vous voulez. Il n'y a pas de plate-forme, de technique, d'outil, de mode d'analyse ou de message de proposition de vente unique qui vous aidera à gagner, a-t-il dit essentiellement.

Ce qui fonctionnera, c'est de se concentrer sur ce qui compte : votre client, l’individu. C’est la proposition de valeur et ses valeurs intrinsèques partagées qui rendent les relations viables. Ensemble, elles orientent la proposition unique de vente axée seulement sur le produit vers celle qui est plutôt axée sur la valeur de la relation entre deux entités.

C'était incroyablement passionnant de voir aussi que les compétences non techniques dont David a parlé et qui sont décrites dans The Sniper Mind, pour mener à de meilleures décisions et à des résultats plus positifs, sont maintenant exactement ce dont nous avons besoin dans un monde de volatilité, d'incertitude, de complexité et d'ambiguïté.

Et c’est pour cela que nous avons créé ensemble un programme de Business et de Management Comportemental “powered by The Sniper Mind”.

Et où la méthode ROC DRIVEN© ; ROC pour Repérer - Observer - Calculer et DRIVEN “because you may be smart but not driven” est un art … pour mieux distinguer, s’adapter à plusieurs publics dans des contextes uniques et utiliser des techniques en ligne afin de gérer la multiplicité des conversations comme en face à face.